Laurent Pokou

Chronique: Si Laurent Pokou m’était conté…

Visage toujours souriant et caché sous son chapeau,  cet homme de 1m83 était assis devant une cour du quartier Akwaba regardant les gamins jouer au « petit pont » plus connu sous nos cieux par le nominatif de « POLO DABA ». Mais qui es-tu Laurent Pokou N’Dri ?

Pour beaucoup, quand on dit Laurent Pokou, on pense à un homme qui de façon absolument inattendue a changé le destin d’une nation. Laurent était comme ça . Né un 10 aout 1947 dans la commune de Treichville et fils de fonctionnaire, Laurent n’aurait pas pu naitre ailleurs tant ce quartier d’Abidjan représente l’esprit de famille et de vivre ensemble. Laurent est un homme du peuple, la simplicité étant la forme ultime de sophistication #DaVinci, le football a été pour lui le moyen d’exprimer sa sophistication malgré les réticences de Edouard Pokou son père.

De l’Ussfran Bouaké où il a fait ses débuts jusqu’à l’Asec Mimosas où il posera ses godasses au panthéon du football ivoirien en passant par Rennes et Nancy où il jouera avec le jeune Michel Platini. Laurent, celui que ses amis appelaient « dix pieds », était un artilleur de la race de ceux qui ne savait pas laisser leurs actions dans la solitude du chiffre UN. Il avait la capacité de rendre les choses spectaculaires totalement banales et il répétait cet exercice. Demi-finale de coupe nationale contre le Stade d’Abidjan Quadruplé de Pokou dont un 2 en 1 (2 buts en 1 minute). Nous sommes en Coupe d’Afrique contre le Hafia de Guinée: 3 buts en 14 minutes. Et ce n’était pas tout.

La « bête » du Gévaudan

Pour beaucoup, Laurent fait référence à un animal ayant une ruse exceptionnelle et capable d’enfariner n’importe quel type d’obstacle afin d’avoir la plus grosse part de gâteau. Pour Paul Gévaudan, sélectionneur des éléphants de 1968 dont le nom (GEVAUDAN) correspond à une région de France où sévissait une créature mythique, Laurent était cette créature là et il allait sévir à la Coupe d’Afrique.

Rapide, puissant, technique, Laurent était un félin : un loup. Pachyderme à la furie de canidé selon Robert Mensah, gardien de l’équipe du Ghana de 1968. Le nom « Pokou » rappelle  une reine qui a sacrifié son fils pour que son peuple ne périsse point. Aux CAN 68 et 70, on peut dire que le sacrifice fut la non consécration de la Côte d’Ivoire en tant championne d’Afrique. Il le fallait pour que  l’autre POKOU réalise ce qui n’a jamais été fait ni vu sur le continent: 6 buts en Abyssinie (actuel Ethiopie) où l’ataraxie procurée par ses exploits a fait naître le sobriquet de L’HOMME D’ASMARA et 8 buts en Nubie (actuel Soudan) dont un quintuplé inscrit dans un match couperet schématisait la quintessence du talent d’un seul homme. Enormément de doublés Coupe-Championnat avec les Mimosas mais aucune Coupe d’Afrique des clubs.

Pour beaucoup, Laurent est un bagarreur, quelqu’un qui a le sang chaud et qui ne tarde pas à tomber le maillot pour appliquer la logique du pugilat et se faire justice pendant un match. Laurent était un sanguin. Mais c’est la caractéristique première des passionnés ; des gens qui respirent ce qu’ils font comme si leurs vies en dépendaient.

Pour beaucoup, Laurent fait référence à un homme à femmes. Quand on a du talent et de la notoriété, on plait énormément. Chantal ne dira pas le contraire. Mais on a surtout une épouse fabuleuse du nom de Thérèse, originaire de Pokoukro (littéralement village de Pokou). Oui ça ne s’invente pas. Pour beaucoup, Pokou fait référence à une personne convoitée et admirée pour ce qu’elle a et ce qu’elle est. Laurent était si admiré que le roi Pelé a dit avoir trouvé en lui son successeur ne manquant pas de lui adresser une lettre d’amour en 1973 dans laquelle il regrette le fait qu’il ne soit pas brésilien.

Si admiré que Salif Keita qui lui ravit le ballon d’or 1970 s’exclamait en disant Pokou a toutes mes qualités moi je n’en ai aucune de lui.

Si convoité que le Père Felix le bélier (la version fondateur bâtisseur de Felix le chat) sage berger du troupeau ivoire a fait mains, pieds et même cornes pour ne pas que Pokou soit ‘’un pro’’, un ‘’candidat de l’étranger’’ pour reprendre la formule de Laurent mais qu’il demeure un ‘’locau’’ et a retardé au maximum son départ vers Rennes.

Si admiré qu’en guise de reconnaissance à la Bretagne, Thérèse et lui décidèrent d’appeler deux de leurs enfants Gaelle et Erwan comme pour dire Trugarez (merci) à ce beau peuple. C’était cela Laurent, une générosité hors pair. Et lorsque, ce soir de 2007, dans la disgrâce de ce contrôle de routine, des jeunes officiers un peu trop zélés arrêtent et tabassent l’empereur baoulé en prétextant ne pas le connaitre ? #Really ?

Le préjudice de ce crime de lèse- majesté est vite réparé parce qu’on ne touche pas aux oints d’une nation #Amen Le 13 novembre 2016, Laurent N’Dri Pokou s’en est allé après avoir longuement tenu dans les prolongations du match le plus disputé de sa carrière. À 69 ans, 69 comme pour dire j’ai procuré de la jouissance et du plaisir comme j’en ai reçu de la vie.

Parce qu’au fond, Laurent Pokou était un amoureux de la vie, un homme du peuple. Père de 5 enfants, beau-père d’un autre diamant du football ivoirien et accessoirement sommité du coupé décalé, une légende éternelle du foot africain et mondial.  Recordman de buts en phase finale de CAN. (Oui c’est Samuel on sait mais mouf)

Empereur baoulé et Duc de Bretagne. Né à Treichville, passé par Bouaké, logé à Anyama puis Vridi et consacré à Asmara. Et si l’occasion m’était donné de lui rendre un hommage, en épitaphe, j’aimerai qu’on écrive :

Puissamment Ailé survolant sans te lasser

Empereur debout fut le Negus Hailé Selassié

Roi sans couronne ni enfant sacrificiel

Avant Blaise C’était Laurent

Pokou rit comme pour dire c’est la fin du Marasme

Qui a dit que les légendes mourraient ? N’Dri l’homme d’Asmara

Dodji Kwams

This Post Has Been Viewed 81 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 27 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag