Jonathan Kodjia

Jonathan Kodjia: « Mon secret, le travail et l’amour de la Patrie »

Trois buts en trois matches au stade de Bouaké, l’attaquant ivoirien Jonathan Kodjia revient sur la rencontre palpitante de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde « Russie 2018 ».

Jonathan Kodjia

Jonathan Kodjia

Comment vous sentez-vous après la victoire ides Ivoiriens sur les Maliens le 8 octobre dernier, à Bouaké ?
Je suis heureux. C’était le début du dernier tour des éliminatoires et il fallait s’imposer pour bien commencer et nous l’avons fait en marquant trois buts face à une belle équipe du Mali. C’est vrai que tout n’a pas été parfait dans les détails, mais je pense que nous avons fait l’essentiel. Il fallait marquer son territoire d’entrée et annoncer que nous sommes candidats pour gagner une autre CAN.

Êtes-vous satisfait de votre prestation ?
Je l’ai dit tantôt, dans les détails, tout n’a pas été parfait. Mais comparativement au match contre la Sierra Leone (un match nul), je crois que nous sommes montés d’un cran. On a senti qu’il y a un groupe qui est en train de naître. Face à une équipe malienne qui en voulait terriblement, nous avons gardé notre calme et fait preuve d’une certaine maturité. Même quand nous encaissons le premier but devant nos supporters, nous n’avons pas baissé les bras.

Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans votre esprit quand Sambou Yatabaré a crucifié en premier, votre gardien de but, Sylvain Gbohouo ?
Forcément nous avons été secoués. Mais ce n’était qu’à l’entame de la rencontre. On s’est dit qu’il fallait vite égaliser et j’ai eu la chance de marquer ce but qui nous a tous ragaillardi, joueurs et même les supporters. C’est dire que cette équipe de Côte d’Ivoire, contrairement à ce qui se raconte, est talentueuse. C’est une équipe en reconstruction et progressivement, nous sommes en train de trouver nos repères. Cela augure des lendemains meilleurs. Si nous continuons sur cette lancée, je pense que nous allons réussir une belle campagne au Gabon.

Avant la Can au Gabon, vous devez passer par le Maroc, pour disputer la deuxième journée des éliminatoires du Mondial 2018. Connaissez-vous cette équipe des Lions de l’Atlas ?
Personnellement, j’ai une petite idée de cette équipe entraînée par l’ancien sélectionneur des Éléphants, Hervé Renard. C’est un match important qu’il faudra absolument gagner pour être plus sereins dans l’évolution de ce championnat de six journées. Nous avons la chance de bien commencer face au Mali (3-1), il faut poursuivre sur notre lancée. Quel que soit l’adversaire en face, nous n’avons pas peur. Nous sommes les champions d’Afrique et ce statut, nous devons le défendre bec et ongle.

Justement, c’est le troisième but que vous inscrivez en trois matches sur cette même pelouse de Bouaké. Quel est votre secret ?
Mon secret, c’est le travail et l’amour de la patrie. J’aime jouer à Bouaké. Le cadre me sied et ce public infatigable qui ne lésine sur rien pour nous pousser à la victoire y est sûrement pour quelque chose. Il est vrai que je travaille beaucoup pour être au top niveau, mais, avouons-le, quand vous avez des supporters comme ceux de Bouaké derrière vous, vous ne pouvez que donner tout ce que vous avez pour ne pas qu’ils soient déçus.

 

CAF

This Post Has Been Viewed 104 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 27 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag