Interview/Taekwondo: Obou Séri Jean Noel ‘’Je poursuis mon rêve’’

 

Après avoir fait les beaux jours de la section taekwondo de la SOA (Société Omnisport de l’Armée), Obou Séri Jean Noel vit depuis quelques temps au pays de l’oncle Sam. L’ex capitaine des éléphants taekwondo in s’est confié à Sportif 225. Ses débuts, son absence de l’équipe nationale ainsi qu’à certaines compétitions individuelles internationales sont des sujets sur lesquels il se prononce.

jean noel seri

Bonjour Obou, merci d’accepter de répondre aux questions de Sportif 225. Peux tu te présenter aux lecteurs?

Mon nom c’est Obou Séri Jean Noel, je suis ceinture noire 3e dan et ex capitaine des éléphants taekwondo in. Je pratique le taekwondo depuis plusieurs années. Mes premiers pas se sont faits au cristal de Yopougon avec Maitre Germain Yao, il ya eu ensuite l’académie taekwondo club de feu maitre Cissé Moussa. J’ai intégré ensuite la SOA. J’y suis resté 3 saisons, avant de rejoindre les Etats Unis. Ici j’ai commencé dans le centre Remark en Virginie. Actuellement, je suis à Minnesota, à Elite taekwondo. C’est un club appartenant à un Ivoirien du nom de maitre Nicolas Mabo. Je lui donne un coup de main dans la formation de ses élèves.

Pratiquant de taekwondo depuis plusieurs années, qu’est ce qui t’a poussé à choisir ce sport de combat ?

J’ai été motivé par un ami. Au départ je n’avais pas porté mon choix sur le taekwondo. Je voulais, juste pratiquer un art martial pour être un acteur de cinéma. Même si cela ne semble pas évident, je poursuis toujours ce rêve.

En tant qu’ex capitaine des éléphants taekwondo in tu as dû participer à de nombreuse compétition nationale et internationale. Peux-tu nous parler de ton de palmarès ?

J’ai remporté le championnat de Côte d’Ivoire des 68 Kilo de 2003 à 2013. Sur le plan continental j’ai été Champion d’Afrique en 2005 à Madagascar et médaillé de bronze aux Jeux de la Francophonie du Niger en 2006. Ce qui m’a permis d’être décoré comme officier dans l’ordre du mérite national par le Président d’alors. Dans mon parcours, il y a une médaille d’argent obtenue à la Coupe d’Afrique de 2008 au Kenya. J’ai été vice champion d’Afrique par équipe et médaillé de bronze aux Jeux Africains respectivement en 2006 et 2011. En 2009 je suis rentré de l’Open international de Corée avec la médaille d’argent. Ici aux USA je suis champion la côte Est (East Coast) Virginia. J’ai participé à l’Open de Chicago, à la Coupe du gouverneur du Minnesota dans le Missouri.

Quelles sont les compétitions que tu prépares actuellement et comment tu t’y met?

Je prépare le tournoi de Californie. Il se tiendra en Septembre. Je participe à de nombreux tournois. Même s’ils ne sont pas des championnats de classe mondiale, ils me permettent de rester en jambe. Concernant les séances d’entraînements elles se déroulent bien à Minnesota (Saint Paul).

La Côte d’Ivoire a participé du 11 au 16 juillet 2014 à l’open de Corée, on a remarqué ton absence! Qu’est ce qui la justifie?

Je n’y étais pas tout simplement parce que j’ai été écarté de la sélection nationale par la fédération ivoirienne de taekwondo. C’est pour cette raison que le staff technique ne m’a pas fait appel.

N’est ce pas un problème d’indiscipline?

Non, Obou Séri n’est pas indiscipliné. Il s’agit d’un désaccord entre le président de la fédération et moi.

Comment vis-tu cette situation?

Il n’y a pas de mot pour expliquer ce qu’on ressent. C’est tout simplement une carrière de rêve brisée. Je pense que ce problème ne devrait pas agir sur ma carrière.

A cette compétition, nous ne sommes revenu qu’avec une seule médaille de bronze obtenue par Ruth Gbagbi .Ne pouvions-nous pas faire mieux?

Si, mais il faut retenir que chaque compétition a ses réalités. Nos représentants se sont battus comme ils pouvaient.

Comment trouves-tu le niveau du taekwondo en CI?

Nous avons une très bonne génération. Sur le plan continental nous faisons partir des meilleures nations. La Côte d’Ivoire a terminé 1ère chez les hommes et 2e au niveau des dames lors des championnats d’Afrique de Tunis. Mondialement, il serait intéressant d’attendre les prochains championnats mondiaux pour savoir véritablement où nous en sommes. En me référant au dernier championnat du monde individuel, je dirai que c est le statu quo. Nous avons de bon athlètes, on attend juste la confirmation de l évolution du taekwondo ivoirien par une médaille mondial.

Quels sont tes moments de peine et de joie dans le taekwondo?

Comme tous les sportifs c’est le délire quand on gagne et le dégoût quand on perd. Il n’y a pas mal de moment. Je retiens 2 faits majeurs. Il y a la victoire au championnat du monde francophone à Abidjan. J’ai été très heureux de gagner devant mon public. Ma défaite en 2007 lors des Jeux Africains m’a laissé un goût amer, parce qu’on comptait sur moi.

Quels conseils tu peux donner à tous les jeunes qui voudraient faire du taekwondo ?

Je leur demande de vivre leur passion tout en se concentrant sur les études. Car le sport n’est pas professionnel en Afrique.

Ton mot de fin.

Merci à vous et que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

Anselme Blagnon

 

 

 

This Post Has Been Viewed 548 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 29 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag