Après sa sortie de prison, Kader Kéita parle

Kader Kéita a passé quelques heures sous les verrous pour s’être soulagé en pleine région parisienne en état d’ébriété. Des faits que l’ex-international ivoirien n’avoue qu’à moitié, puisqu’il réfute la thèse de l’ivresse.

kader keita

Kader Kéita s’explique après son arrestation

Tout en expliquant les circonstances ce jeudi dans la presse nationale ivoirienne, l’ex-attaquant de Lyon a avoué s’être soulagé en pleine rue.

« J’avoue que j’avais une envie pressante de me soulager. Je me suis mis dans un recoin où étaient stationnées des voitures pour me soulager. Ce n’est pas dans mes habitudes. Mais j’avais vraiment envie de faire pipi. Entre le faire dans mon pantalon et le faire dans un coin loin des regards indiscrets, j’ai fait un choix. Il se trouve que j’ai eu tort », affirme-t-il d’un air désolé.

Kader Kéita a, en revanche, formellement démenti être en état d’ébriété au moment des faits.

« J’ai mal quand j’entends dire que je suis sorti d’une fête tout éméché. C’est archi-faux(…) C’est vrai que j’aime m’amuser. Mais, il y a des limites », a-t-il indiqué. Il a, en effet, accusé la police française de brutalité gratuite. « J’ai été brutalisé par les agents (de police). Ce que je ne comprends pas d’ailleurs. Puisque je n’ai fait aucune résistance quand ils m’ont demandé de les suivre. Les trois policiers ont voulu m’humilier. Ils m’ont traité avec mépris », a révélé l’international ivoirien qui a décidé de « porter plainte contre ces trois policiers ».

Espérons que notre célèbre attaquant ivoirien puisse voir des jours meilleurs après cet énième incident venant encore farcir sa réputation.

Romuald HOUNDJI

This Post Has Been Viewed 37 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 31 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag