Interview / Football : Kotchi Dodzi Julio « le meilleur reste à venir »

Né d’un père togolais et d’une mère sud-africaine, Kotchi Dodzi Julio a vu le jour le 31 décembre 1994 à Lomé. Attaquant, il évolue en D2 avec l’équipe fondée par Cyril Domoraud, ex international ivoirien. Après 3 essais non concluant dans 3 clubs (la Gantoise club, Maritzburg United et RC Lens), le joueur reste confiant. Il vous le fait savoir à travers votre magazine Sportif 225 dans un entretien exclusif.

Julio 1

Julio peux –t-on avoir une idée de ton parcours ?

Comme tout enfant j’ai commencé le football dans la rue au Togo. J’ai intégré après l’équipe dirigée par Mani Sapool, international Togolais, puis le centre social FABAO ESPOIR, le centre social du FC Barcelone à Ouagadougou. De ce centre j’ai été sélectionné avec les U 17 du Burkina Faso, et comme tout joueur qui rencontre des problèmes de double nationalité, j’ai été out parce qu’étant originaire du Togo. Du Burkina Faso, j’ai eu un bond de sortie vers la Belgique en 2011, précisément à la Gantoise Club qui est un club de première division Belge. Les choses se sont plus ou moins biens passées, mais comme je suis parti grâce à un manager, mon sort se retrouvait entre ses mains et certainement par manque de compréhension avec les dirigeants de ce club je me suis retrouvé en Côte d’Ivoire malgré les bonnes performances.

Quelle a été la suite ?

De retour en Côte d’Ivoire j’ai signé un contrat d’un an avec le club de Cyril Domoraud.

Pourquoi avoir opté pour le ce club parmi tant d’autres ?

C’est vrai que la côte d’Ivoire a des bons clubs. Comme je vous l’ai signifié tout à l’heure, c’est le manager qui gère ma carrière. Je le considère comme un père. Il a décidé que je joue en D2. Et malgré ce statut de joueur de 2e division, j’ai été contacté par MARITZBURG UNITED, en Afrique du Sud où les choses s’étaient mal passées.

Que s’est-il passé après ce passage en Afrique du Sud ?

Et comme en Belgique, les mêmes choses se sont produites. Je n’ai pas signé de contrat malgré mes performances. Je suis revenu à Abidjan où j’ai joué 3 mois, avec le centre Cyril Domoraud pour repartir cette fois-ci en France pour un essai au Racing Club de Lens pendant le mercato d’hiver. Et là aussi, ce ne fut pas concluant, je me suis donc retrouvé un bon matin avec mes valises à Abidjan. De retour à Abidjan, j’ai repris les compétitions avec mon club jusqu’à ce que je sois victime d’une blessure grave au genou (genou déplacé) et je me suis retrouvé délaissé par mon club. Je me suis retrouvé réfugié chez un ami joueur. Sa famille et lui m’ont accueilli pour le reste de mes soins, aujourd’hui je peux rendre gloire à Dieu car rencontrer ce frère m’a donné plus de force pour continuer ma carrière. Je rends grâce à Dieu je suis guéri et j’ai repris les entrainements.

Comment expliques-tu le fait de passer 3 essais sans signer de contrat ?

Je ne saurai vous le dire. Bon ! C’est vrai qu’au foot le talent compte mais il y a le facteur chance aussi. C’est ce qui ne m’a pas permis de signer dans aucun des 3 trois clubs parcourus. Étant croyant, j’ai foi que le meilleur reste à venir par la grâce du Seigneur, car à mon retour de France, j’ai repris les compétitions avec mon club.

Que retiens-tu finalement de ces essais ?

Comme on ne finit jamais d’apprendre, le jeune que je suis me dis qu’aujourd’hui que le football est devenu une entreprise. Ce n’est pas forcément le talent qui compte mais aussi le sérieux, le travail, les relations et surtout le facteur chance. Je me rends compte qu’outre le talent, c’est Dieu qui donne la chance et je reste confiant.

Quel bilan personnel dresses-tu la saison écoulée ?

Dans la première phase du championnat, le club a connu des difficultés liées au changement de staff technique. Nous nous sommes retrouvés avec des classements chamboulés, ce qui nous a fait perdre nos 4 premières rencontres de la saison. Mais par la grâce de Dieu, j’ai pu offrir à mon club la première victoire de la saison en inscrivant l’unique but du match qui nous a opposé à Alliance FC de l’Indénié. A la phase aller nous avons terminé 6e sur 12 équipes au classement. Ce qui n’est pas bon mais pas mal non plus. Et c’est à l’avant dernière journée que je me suis blessé. Suite à cette blessure, j’ai passé le reste de la saison à la maison.

L’aventure continuera-t-elle avec le centre Cyril Domoraud ?

Comme mon contrat qui me lie au club arrive à terme cette année, j’ai décidé de me préparer pour les échéances futures. Je ne suis pas pressé, malgré les sollicitations. Je compte prendre mon temps pour réfléchir à ce que je veux faire de ma vie.

Quelles sont tes ambitions ?

Comme tout joueur je désire entamer une carrière professionnelle en Europe, précisément en France où le championnat est assez formateur et en même temps promoteur. J’attends patiemment ce jour, et j’ai foi que Dieu me ferra voir ce jour au nom de son fils Jésus.

Les joueurs qui t’inspire ?

Cristiano Ronaldo et Emmanuel Adébayor. Le premier pour sa créativité dans le jeu et son lourd bagage technique. A le voir jouer on sent que c’est un athlète courageux qui travaille beaucoup. Concernant le second, je l’apprécie pour son sens du but et d’ailleurs Togolais que je suis, j’aimerais devenir un joueur de sa trempe pour développer la politique du football dans ce petit pays où le sport roi n’occupe pas quasiment la place qu’il lui faut.

Comment trouves-tu le niveau du foot Togolais ?

Le niveau n’est pas mal mais il faut que les autorités se concentrent sur la politique de gestion de cette discipline.

Penses-tu que le Togo a les chances de se qualifier à la CAN 2015 ?

Le Togo a des chances de se qualifier, il n’existe plus de nos jours de petites équipes. Vu la prestation de la sélection nationale contre les Blacks stars du Ghana, je suis confiant pour la suite.

Ton mot de fin, Julio

Je remercie d’abord Mme Sy Madina Tall, une femme politique Burkinabé. C’est elle qui m’a permis de poursuivre mes études et de jouer au football en m’adoptant. Mes remerciements vont ensuite à l’endroit de Sportif225, pour les efforts fournis dans le domaine du football et du sport en général. C’est une aubaine pour nous jeunes joueurs, beaucoup de courage et bon vent à vous.

Anselme Blagnon

This Post Has Been Viewed 317 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 25 Times

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag