Mondial 2014 / Finale : Le sacre de la Mannschaft , la victoire du collectif

Dans la rubrique “Analyz” , un amateur, spécialiste ou supporter fait son analyse du sport !  Découvrez l’analyse du jour.

Un mois de Football, un mois de passions folles, un mois de vibrations aux rythmes du Brésil, un mois qui se termine par une finale au sein du mythique stade Maracaña de Rio de Janeiro. On a assisté à une très belle finale entre l’Allemagne et l’Argentine ce dimanche 13 juillet 2014 sur le coup de 19h GMT, (1-0).

L'Allemagne remporte la CDM 2014

Les compositions de départs des 2 équipes se présentaient comme suit :

Allemagne : Neuer, Howedes-Hummels-Boateng-Lahm, Kramer-Schweinsteiger-Kroos-Ozil-Muller, Klose- ; dans un 4-2-3-1.

Argentine : Romero, Rojo-Garay-Demichelis-Zabaleta, Mascherano-Biglia-Lavezzi-Pérez, Messi-Higuain ; dans un 4-4-2.

 

Cette finale a commencé par de belles et longues phases de possession de balle des Allemands. Ils faisaient bien circuler le ballon au sol et jouaient haut. Ils ont été très à l’aise techniquement provoquant des fautes argentines.

Pendant ce temps, l’Argentine était repliée avec ses 2 rideaux défensifs bien formés qui n’empêchait pas la circulation de balle allemande, bien qu’elle éloignait le danger. Les Argentins procédaient par contre-attaques et se procuraient les meilleures occasions en passant surtout par les côtés.

La Mannschaft a conservé le ballon, le faisant bien tourner. Mais elle n’arrivait pas à faire sortir les argentins de leur camp. Les Allemands manquaient de justesse dans le dernier drible ou la dernière passe et ne mettait pas Romero en danger dans ses cages.

Face à cette bonne maîtrise technique et collective allemande, l’argentine restait tout de même dangereuse en exploitant les espaces laissée par la défense adverse qui jouait haut. Les accélérations de Messi se faisaient menaçantes à chaque fois.

Cette finale était animée, il y avait du rythme et de l’intensité. L’Allemagne se projetait de plus en plus vers l’avant et se montrait incisif à l’approche du terme de la 1ère mi-temps. Le suspens était de cette rencontre, tant les choses pouvaient basculer à n’importe quel moment, en faveur de l’une ou l’autre des 2 équipes.

 

En deuxième période, les argentins ont commencé très fort, se procurant dès les premières minutes d’excellentes opportunités d’ouvrir le score. Ils ont montré un bon pressing qui faisait beaucoup reculer les Allemands. Ceux-ci sont entrés difficilement dans cette 2ème mi-temps, avec du mal à repousser efficacement les offensives argentines. Quand ils y arrivaient, ils avaient du mal à passer sur les côtés. Il y avait beaucoup plus de rythme dans cette finale avec les entrées de Schurrle du côté allemand, et d’Aguero, côté argentin.

L’Argentine est bien sorti de son camp et s’était décidé à jouer franchement pour la gagne. Alors que la Mannschaft se faisait peur par moment et n’usait pas de ses habituelles frappes lointaines. Je crois que c’était sans doute l’une des solutions face à cette muraille argentine qui défendait toujours bien. Les Allemands ont été quelque peu en difficultés dans cette 2ème mi-temps. Mais ils ont réussit à remettre la pression sur l’Albiceleste dans les 10 dernières minutes. Il faut dire que les milieux de terrains des 2 équipes ont été remarquables, avec un excellent travail de récupération.

Sur ce score de parité, on a donc eu droit à des prolongations, augmentant le suspense dans cette finale indécise.

Les Argentins conservaient leur bloc défensif dans leur moitié de terrain et ne donnait pas d’espaces aux Allemands qui eux, arrivaient à temporiser et accélérer comme il le fallait. L’Argentine ne construisait plus et balançait les ballons de sorte à éloigner le danger de leur camp.

Les 2 défenses ont très bien réagi sur les coups de pieds arrêtés et ne laissaient pas beaucoup de solutions aux attaquants adverses.

C’est à la (113’) que Mario Gotze a délivré l’Allemagne grâce à un but de grande classe : amorti de la poitrine suivi d’une demi-volée du pied gauche, le tout dans un enchaînement parfait. C’était la conclusion d’un bon débordement et un centre de Schurrle sur le flanc gauche de l’attaque allemande. Les 2 entrants ont donné le but de la victoire à la NationnalMannschaft.

Par la suite, les allemands avec beaucoup d’expérience, ont réussi à conserver leur avance au score. Le coup-franc de Messi à la dernière minute n’y a rien changé.

L’équipe qui a été la plus belle, la plus joueuse, la plus complète de cette compétition a remporté la victoire finale. Bravo à cette équipe allemande qui ne privilégie que le collectif. 18 participations en CDM, 17 quarts de finales, 13 demies finales, 8 finales et 4 titres de champions du monde. Après 1954, 1974 et 1990, l’Allemagne remonte sur le toit du monde.

                                                                                 Aubin A. GUEU

This Post Has Been Viewed 48 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 25 Times

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag