Handball / Pacôme Kipré: « Redorer le blason du Handball Ivoirien’’ (2)

Peck-1

Autrefois dans notre pays, le Handball faisait parti des sports rois. Il passionnait et drainait des foules. Mais à présent, il a perdu sa belle teinte et s’enlise davantage. Témoin de cette période de vaches grasses, l’ivoirien Pacôme Christian Kipré, pivot au Paris Sport Club, nous livre une interview sans détours. Il reste nostalgique de cette époque au cours de laquelle les dirigeants, par leur densité, faisaient des handballeurs et handballeuses de petits rois et reine de la petite balle.

Interview

Votre dernière sélection équipe nationale remonte à la CAN 2012, au Maroc. On reproche à cette équipe de ne pas remporter de trophées lors des compétitions internationales. Que répondez-vous ?

Comment on peut demander à une équipe nationale d’aller au combat sans les moyens minimums? Préparation bâclée! Voilà ce qui nous tue. Là où les autres nations s’entrainent ensemble depuis un trimestre, nous on nous demande de le faire en cinq jours et d’aller concourir. Il n’y a pas de mystère en tout dans la vie. Vous récoltez ce que vous semez, c’est un message biblique.

comptez vous rentrer au pays un jour pour apportez votre expertise au handball Ivoirien?
L’expertise est une affaire de technicien. Je n’ai pour le moment pas pensé à me lancer dans cette voie là. D’ailleurs, lorsque je regarde la configuration des choses, je suis pessimiste. C est ma nature. J’ai des yeux de réalité.

Qu’est ce qui explique ce pessimisme?
Humainement, la gestion des hommes ivoiriens sur le capital commun est une utopie sous nos cieux. On voit bien comment la mauvaise foi nous inhibe. Et au vu des choses, ce ne sera pas demain la veille un radical changement.

A cette allure le hand ivoirien ne risque-t-il de demeurer dans sa léthargie?
Que font les athlètes pour faire changer les choses?
Les anciens qui sont sur le terrain ne sont pas du tout valorisés, ce qui bloque énormément les initiatives. Les athlètes qui sont les ressources humaines actuelles n’ont aucun mot à dire dans la chose. Un simple mouvement de protestation serait pris pour de l’indiscipline notoire.

Le problème se situerait donc au niveau des présidents de clubs?
Je n ai aucune lisibilité effective et fondée sur la gestion de clubs. Cependant, il y a une crise de fonds qui a fait perdurer les choses. Le championnat semble avoir repris après au moins 2 ans de tergiversations (…) pourquoi? La question reste sans réponse.

Quels sont vos plus beaux souvenirs de handballeur?
C’est celui d’avoir été champion de paris en 2011, en parlant de titre. Sinon sur le match, c’est celui où je qualifie mon équipe en demi finale de la coupe de paris, il y a un mois à 5 secondes de la fin sur un coup franc direct. Ce jour là il y avait des étincelles dans l’air. Nous pensions tous aux prolongations. Lorsque le gardien adverse est venu me féliciter, j’ai ressenti la beauté du sport, c’est quelque chose de sublime.

Qu’est ce qui explique le fait qu’on retrouve moins de joueurs Ivoiriens dans le championnat d’élite Français?
Le handball masculin ivoirien ne s’exporte pas. Les filles sont plus draftées que les hommes. Cependant, beaucoup de joueurs ivoiriens sont engagés dans les championnats. Ici en N1, N2 et en N3, il y a de la place pour tous ici.

Hormis le sport quels sont vos activités ?
Je suis président de l’association « les zinzins du bonheur » au niveau de la France. Nous organisons des activités pour venir en aide aux enfants des zones où la précarité est importante en Côte d’Ivoire. Je suis aussi président de la chorale catholique homme « zelikaze » de paris. Ce sont ces deux activités qui me prennent énormément de temps, et pour lesquelles je suis passionné.

Pour finir, quels conseils pouvez-vous prodiguer aux jeunes athlètes en tant que devancier.
Allegra Marius et Junior Kouadio sont des exemples de braves garçons à suivre. Il faut en prendre de la graine avec eux qui ont tout compris. Les jeunes doivent aller vivre leur passion qu’on leur vole. C est un fait avéré.

Pacôme Kipré, nous vous remercions pour votre disponibilité. Le mot de fin vous revient.
Il faut se rassembler, toute la famille. C’est impératif pour donner au handball sa noblesse. On ne saurait partir en rang dispersés pour une même cause. Il faut arrêter le nombrilisme qui ne fait que cancériser les choses. Si nous arrivons à comprendre cela, alors le handball comme un sphinx renaîtra de ses cendres.

10488824_693352597404421_388214236_n

Anselme Blagnon

 

This Post Has Been Viewed 99 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 29 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag