Yannick Obiang 2

Itw – Handball : Yannick Aubyang « Ma carrière est loin être terminée »

Joueur professionnel, Yannick Aubyang évolue à l’Association Sportive de Casablanca (ASC/Maroc). Après avoir participé à la 36e édition du championnat d’Afrique des Clubs Champions avec le Stade Mandji, l’international gabonais ayant pour modèle l’international Français Nicolas Karabic, ambitionne jouer en Allemagne ou en Espagne. L’athlète auréolé de plusieurs trophées a bien voulu répondre aux questions de Sportif 225.

 

Yannick Obiang1

Yannick à quand remonte vos premiers pas au handball ?

Je suis arrivé au handball sans même m’en rendre compte. J’ai fait mes premiers pas dans les catégories de jeunes de l’US Raponda de Port-Gentil dans la capitale économique du Gabon où je vivais. Cette équipe était celle du collège de mon quartier et ma grande sœur Valérie Michelle, handballeuse internationale Gabonaise y évoluait à l’époque. Ayant l’habitude de jouer au football ou au basketball avec des amis du quartier, ma sœur et son coach nous ont demandé un jour de les assister. Nous l’avons fait : c’est ainsi que nous sommes entrainés pour la toute première fois.

Que s’est-il passé après ?

J’ai donc joué dans les catégories de jeune de cette équipe pendant 3 ans. Après l’affectation de mes parents à Libreville, j’ai dû quitter Port-Gentil en Septembre 2000. A peine arrivé, j’ai été retenu avec une vingtaine de jeunes pour participer au mondial des jeunes à Paris en 2001 et au programme Sport-études de la Fédération Gabonaise de Handball. Pendant 3 ans, nous avons donc suivi ce programme qui a été d’une importance capitale pour la suite de nos carrières. Nous avons ensuite tous intégré le club CMS HB créé à cet effet au sortir du programme. J’y ai évolué 3 ans durant avant de signer mon premier contrat avec le WAC de Casablanca (2007-2008).

Comment le contact avec le WAC s’est noué?

C’est à la suite de compétitions Africaines (Coupe d’Afrique des nations et championnats d’Afrique des clubs) que nous avons été approchés et mis en contact avec des équipes surtout celles du Maghreb. Après l’une de ces compétitions, le WAC m’a contacté en même temps que des équipes angolaise et tunisienne.

Sollicité à la fois par trois grandes équipes, qu’est-ce qui vous a poussé à opter pour le WAC de Casablanca?

J’ai été d’abord motivé par le projet du club, ensuite l’attrait pour le pays avec une importante communauté gabonaise vivant là-bas et surtout l’opportunité que le club me donnait de poursuivre et d’achever une formation que j’avais débuté au pays.

En tant que joueur professionnel évoluant depuis maintenant 7 ans au Maroc, quel bilan dressez-vous?

Le bilan est globalement positif, ce qui explique ma longue présence au royaume car j’aurais pu ou dû le quitter à plusieurs reprises. Les choses se passent assez bien depuis ma première équipe (WAC une fois finaliste) jusqu’à mon club actuel l’ASC (La Rabita) 3 fois champions du Maroc avec plusieurs finales de coupe disputées. Avec 3 titres de champions et une Coupe, le bilan ne peut être que positif.

Vainqueur à 3 reprises du championnat Marocain, n’êtes-vous pas tenté d’aller voir ailleurs ?

Votre question est légitime, j’en reçois souvent. Pour vous répondre, j’ai failli partir sous d’autres cieux. Ce n’est pas la volonté ou l’envie de challenge qui me manque, mais une certaine crainte. On a toujours des réserves concernant les propositions. C’est certainement lié au confort dans lequel je suis au Maroc, celui-ci l’a emporté jusqu’à ce jour. En ce qui concerne ma carrière, je peux vous assurer qu’elle est loin être terminée.

Quelles leçons tirez-vous de votre présence au royaume chérifien ?

J’ai beaucoup appris et je me sens plus mature. J’espère également tirer le meilleur pour moi et mon pays pour les années futures. Au pays nous traversons un moment assez dynamique avec mes jeunes coéquipiers de l’équipe nationale nous sentons que nous pouvons marquer un grand coup au niveau du handball africain.

Quel regard portez-vous sur le niveau de la discipline dans votre pays?

Malgré les réalités de nos pays (Afrique Subsaharienne), je peux dire que le handball essaie de se frayer son chemin au Gabon. Nos dirigeants fédéraux et notre Présidente Mme Assélé, une femme dynamique, peuvent faire plus pour le handball Gabonais et surtout pour les handballeurs Gabonais en étant bien organisés et structurés. Car il y’ a tellement de jeunes talents qui fondent beaucoup d’espoir dans cette discipline. Ils font quand même déjà assez et se battent comme de beaux diables pour l’évolution notre discipline.

Que proposez-vous pour que les choses aillent mieux?

De par mon statut de joueur je n’ai rien à exiger ni à proposer à mes dirigeants qui font ce qu’ils peuvent. Ils et ont été élu sur la base d’un programme qu’ils essaient d’appliquer. Je ne peux que parler pour le handballeur Gabonais que je fréquente au quotidien et en sélection qui n’a besoin que d’un cadre approprié , d’ un traitement et d’un suivi efficient pour réaliser des performances. Le talent, la volonté sont là. Mais dans nos pays contrairement à nos frères maghrébins pour me référer qu’à l’Afrique nous avons d’autres maux qui ne font pas avancer nos disciplines.

Lesquels entre autres, parlant de maux?

Le manque d’ infrastructures, la pauvreté de nos clubs, le manque de moyens et quand moyen il y’ a, ça n’arrive pas à temps, le manque de suivi du sportif qui doit être au centre de tout et dans une moindre mesure les querelles internes et inutiles qui ralentissent la bonne marche de nos organisations.

Quels sont les souvenirs marquants de votre carrière?

J’en ai pas mal quand même, rien qu’à y penser j’ai des frissons. Je peux citer le premier trophée international que nous avons remporté en 2001 avec l’équipe nationale cadette. C’était au Tournoi de Teramo en Italie. Nous sommes rentrés médaillés de bronze derrière la Suisse et la France. Il y a également le premier titre de champion du Gabon avec CMS en 2004, la première finale perdue de coupe du Gabon paradoxalement à mon premier titre de meilleur joueur du Championnat national. A cela s’ajoute ma première sélection avec l’équipe nationale Senior à la CAN 2006 en Tunisie. Opposé au pays hôte, j’ai terminé meilleur marqueur de la rencontre avec 8buts inscrits.Sans oublier mon premier titre de champion à l’étranger (Maroc 2009), le doublé réalisé en 2010, la demi-finale particulière en Coupe Arabe à Djeddah en Arabie Saoudite (2011) avec l’ASC, les Jeux Africains de Maputo ( 2011) suite aux éliminatoires nous avons terminé premier ex æquo avec le Cameroun, la CAN 2012 ratée au Maroc avec pour la première fois mes deux frères cadets réunis. Je peux aussi évoquer la médaille de bronze obtenue avec Salinas du Gabon en Avril 2014 à l’issue de la Coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe. Bref des moments inoubliables.

Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes dont vous le modèle ?

Aux plus jeunes je conseillerai de se donner les moyens pour atteindre leurs rêves et objectifs. Il faut de la volonté, de la détermination, ne pas se décourager, accepter les critiques et autres remarques et sans oublier le facteur chance.

Merci Yannick pour votre disponibilité le mot de fin vous revient

Je tiens à vous remercier pour le travail consistant à informer les personnes qui vous suivent à travers les informations sportives que vous traitez. Je vous souhaite bon vent. J’espère que le handball Africain va prendre encore plus d’ampleur, et que mon pays, le Gabon auquel je suis très attaché va montrer qu’il est un pays de Handball car possédant un énorme potentiel. Quant à moi je poursuis ma réflexion. Je saurai à son issue la décision à prendre cette année entre poursuivre mon histoire d’amour avec mon Club l’ASC ou finalement aller vers un nouveau challenge. Sur ce merci et bien de chose à tous.

Anselme Blagnon

This Post Has Been Viewed 181 Times

Partager :

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 10 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires