Interview (Athlétisme) / Jean Philippe Mélèdje : « Nous avons besoin d’aide»

Etudiant en Sciences économiques, Jean Philippe Mélèdje pratique l’athlétisme depuis 2007. Son amour pour le sport le pousse à faire de la natation et de l’escrime. Celui dont Tyson Gay est le modèle a bien voulu s’ouvrir à Sportif 225. Il parle entre autres des conditions de préparation des compétitions, de la participation de la Côte d’Ivoire aux championnats d’Afrique au Maroc.

Jean Philippe athélisme

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Mon nom c’est Mélèdje Jean Philippe, j’ai 27 ans. Je suis étudiant en sciences économique à l’Université Félix Houphouet Boigny de Cocody. Sportif, je pratique l’athlétisme depuis 2007. Je fais du 100 m, 200 m, 400 m plat 110m haies, 400 m haies. Ma spécialité c’est le 400 m haies. Passionné du sport, je pratique également la natation et l’escrime.

Qu’est ce qui t’a poussé à te tourner vers l’athlétisme ?

Mon amour pour la course m’a poussé à faire de l’athlétisme. J’aimais bien voir les gens courir à la télévision, malheureusement j’ai débuté tard.

Qu’est ce qui explique cela ?

Je ne savais pas qu’il était possible de pratiquer cette discipline de façon professionnelle. Il m’a fallu rencontrer quelqu’un qui pratique la discipline. C’est lui qui m’a mis en contact avec quelques acteurs de l’athlétisme en Côte d’Ivoire.

Quelles sont les compétitions auxquelles tu participes cette année ?

Nous avons les championnats nationaux 2014. Ma participation n’est pas certaine; parce que la fédération (fédération ivoirienne d’athlétisme) a supprimé les haies cette année. Ce que je ne trouve pas normal. Ma déception est grande parce que je me suis entrainé toute cette année pour faire mieux que les années précédentes. En 2013, j’ai été vice-champion de Côte d’Ivoire au niveau du 400 m haies, 4e au 110 m haie et vice champion sur les 400 m.

Pourquoi ne participes-tu pas aux compétitions internationales ?

Le choix des athlètes devant représenter le pays aux compétitions internationales se fait au niveau de la fédération. On nous reproche de ne pas avoir le niveau requis pour ces compétitions. Dites-moi comment allons nous faire pour avoir ce niveau si nous ne participons à aucune de ces compétitions. Nous avons besoin d’y être pour apprendre. En nous frottant à des grands, nous allons évoluer et améliorer nos performances.

Comment prépares-tu les compétitions à venir ?

Je continue de m’entrainer dans des conditions difficiles vue l’état de dégradation de la piste d’athlétisme du stade Robert Champroux de Marcory. Mon objectif est de participer aux Jeux de la Francophonie 2017 qui vont se tenir en Côte d’Ivoire.

Que penses-tu du niveau de l’athlétisme en Côte d’Ivoire ?

Je trouve que le niveau a baissé contrairement aux autres années. Pour ce que je sais, Il y ‘avait plusieurs compétitions qui étaient organisées, beaucoup d’opportunités étaient données aux jeunes athlètes de s’exprimer. Nous nous sommes à notre propre charge. Sur 5 compétitions lorsqu’il n’ya qu’une seule qui est effectuée ce n’est pas évident. On n’atteindra pas le haut niveau à ce stade.

Que proposes-tu alors ?

Il faut que l’Etat aide les jeunes athlètes à obtenir des bourses pour mieux se former. Cela va permettre de relever le niveau. Par manque de moyens beaucoup de jeunes ne se tournent pas vers l’athlétisme. J’ai des amis qui ont raccroché faute de moyens. Il faut également organiser plusieurs compétitions qui permettront aux athlètes de s’exprimer.

La côte d’Ivoire va participer au mois d’Août, aux championnats d’Afrique d’athlétisme au Maroc penses-tu qu’elle a des chances de remporter des médailles ?

Nous avons des chances d’obtenir des médailles. La Côte d’Ivoire a de très bons athlètes. Ils sont performants au niveau international. Je pense entre autres, à Méité Ben Youssef(Canada), Koffi Hua Wilfried (Chine), Koné Gbogbeu du centre de Dakar, Dazi(France), Muriel Ahouré (USA), Ta Lou Marie José(France), Suzanne Kragbé (France) … Nous avons pas mal d’athlètes évoluant sur le plan international.

Comment arrives-tu à concilier les études et tes différentes activités sportives ?

Je trouve un temps pour chacune de mes activités. La pratique du sport a quelque fois des incidences sur mes études mais je parviens à les concilier en m’organisant.

Tu as souligné que l’athlétisme est un sport individuel et que vous (athlètes) êtes à votre propre charge. Comment arrives à trouver les moyens financiers pour les compétitions, les entraînements etc. ?

Je fais avec les moyens de bord. Nous avons énormément besoin de soutien sur le plan financier. Je profite de l’occasion pour demander aux autorités compétentes de nous aider.

Des conseils à donner ?

Il faut beaucoup de courage, quand on aime il faut persévérer. Je dirai également qu’il faut beaucoup travailler et attendre son temps. La récompense se trouve au bout de l’effort.

Ton mot de fin, Jean Philippe

Mes remerciements vont à l’endroit de mon Coach Adaye Elie pour tout le temps qu’il m’accorde. Je remercie également Sportif 225, pour l’opportunité donnée aux sportifs de toutes les disciplines de s’exprimer.

 

 Anselme Blagnon

 

 

 

This Post Has Been Viewed 59 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 25 Times

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag