Interview (Judo) -Koné Kinapéya Roméo : « la relève est assurée »

Koné Kinapéya Roméo est le capitaine de l’équipe nationale de judo de Côte d’Ivoire. Rentré récemment des championnats d’Afrique à l’Ile Maurice , il a accepté de répondre aux questions de Sportif 225. La contre performance de la délégation ivoirienne à la compétition, l’avenir du judo en Côte d’Ivoire sont entre autres des sujets sur lesquels il se prononce.

 koné kinapéya 2

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Mon nom c’est Koné Kinapéya Roméo, ceinture noire 4e dan de judo, capitaine de l’équipe nationale de judo.

Depuis combien de temps pratiques tu le judo et comment l’as-tu découvert ?

Je pratique le judo depuis 1992. J’ai été initié à cet art martial par mon oncle qui est lui-même un judoka.

Peux-tu nous parler de ton palmarès en tant que judoka ?

J’ai été  maintes fois  champion de Côte d’Ivoire de ma catégorie. J’ai remporté 5 fois la médaille d’or au tournoi International d’Abidjan. Sur le plan africain, j’ai décroché des médailles à différents tournois internationaux. Une médaille d’Or aux Jeux Africains, 3 au Tournoi International de l’Afrique de l’Ouest TIAO. Ma participation au tournoi international de Libreville s’est soldée par une médaille d’or. J’ai obtenu 4 médailles d’Or au niveau du tournoi de Saint Louis et 5 à celui de Ouagadougou. Toujours au niveau des médailles d’or, j’ai obtenu une au tournoi de Madagascar et une autre au tournoi de Saint Étienne en France. En plus des médailles d’or, j’ai une médaille d’argent. Elle a été obtenu au tournoi international de Ndjamena. Celles de bronzes (3) ont été acquises aux tournois de Port Louis en Ile Maurice, de Casablanca et de Mauges en Suisse. Dans ma carrière, j’ai eu la chance de participer à trois reprises au grand Chelem de Paris, une fois au tournoi de Hambourg, aux Jeux Olympiques de Londres et aux Jeux des arts martiaux qui se sont tenus en Chine. Tout ceci m’a permis d’être décoré dans l’ordre du mérite sportif ivoirien.

Quelle est ton actualité ?

Rentré récemment de l’Ile Maurice, nous préparons activement au KIBOKAN, le (TIAO) Tournoi International de l’Afrique de l’Ouest. Il se tiendra du 06 au 13 Août 2014 à Abidjan.

Comment prépares-tu la compétition ?

Nous avons débuté les entraînements le lundi 7 juillet 2014 après les obsèques de Me Abe Monney Abel, ceinture noire 5è Dan de judo et ex entraineur national de judo. Nous nous entrainons 4 fois dans la semaine (lundi, mardi, jeudi et vendredi) Les différentes séances se déroulent dans de bonnes conditions. Vu que la compétition se déroule dans notre pays, nous comptons nous illustrer de la plus belle des manières.

Comment expliques-tu ta contre performance lors des récents championnats d’Afrique ?

J’ai eu une luxation au doigt en plein combat. A la veille des ½ finales, j’ai eu un problème à la colonne vertébrale, j’ai poursuivi la compétition grâce aux soins prodigués par le médecin. Ces bobos physiques ont contribué à ma défaite. J’ai tenu à combattre malgré ma blessure. L’arbitrage n’a pas joué en ma faveur. J’étais bien parti pour être champion, je me suis battu comme je pouvais. Je ne suis pas du tout déçu. Tout cela fait partie de la compétition. Nous n’étions pas les seules victimes de l’arbitrage. Des pays tels que le Mali, le Sénégal et le Ghana en ont été également victimes. En tant que capitaine j’ai vu des jeunes qui étaient à leur première participation donner le meilleur d’eux-mêmes, malheureusement nous n’avons pu obtenir de médailles.

Quels regards portes-tu sur le judo en Côte d’Ivoire ?

Je pense que le judo Ivoirien évolue bien. Il y a une très bonne relève. A partir de 2015, la Côte d’Ivoire va compter de nombreux médaillés. Je pense à Salimata Fofana, médaillée aux jeux de la jeunesse à Gaborone, à Coulibaly Fatoumata médaillée de bronze aux championnats d’Afrique cadets et juniors de Tunis et à d’autres jeunes talentueux. Il me reste quelques années de compétition et je puis vous assurer que la relève est assurée avec le président Angbo Issac qui fait du bon boulot. Il œuvre pour la restauration du judo ivoirien et met les athlètes dans de bonnes conditions.

Quels conseils peux-tu donner aux jeunes qui veulent pratiquer le judo ?

Je voudrais les inviter à s’intéresser au judo. Il se pratique à tout âge. Je demande aux parents d’envoyer leurs enfants au judo car il développe des qualités de souplesse, de vitesse, d’anticipation, de détente, de puissance, de coordination. Il fait travailler la plupart des muscles et des articulations.  Son ultime but est d’inculquer à celui ou celle qui le pratique une attitude de respect.

Ton dernier mot.

Merci à sportif 225 pour son initiative, celle de valoriser les athlètes de toutes les disciplines sportives. Il ne faut pas attendre que les compétitions pour parler des résultats, il est important pour la presse de se rapprocher des athlètes pour découvrir leur univers, les conditions dans lesquelles ils préparent les différentes compétitions…. C’est ensemble que   nous ferons avancer le sport.

Anselme Blagnon

This Post Has Been Viewed 579 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 25 Times

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag