Mohamed KOFFI

Itw:Mohamed KOFFI, le footballeur international burkinabé se dévoile à Sportif225.

Mohamed KOFFI est  footballeur international burkinabé.

Mohamed Koffi, International burkinabé

Mohamed Koffi, International burkinabé

Il débute le football à l’École de Football d’Attécoubé (EFA). Après cette formation très instructive, il signe au  Stella club d’Adjamé Abidjan en Ligue 1 en 2001 où il reste pendant 3 ans avant de rejoindre le Qatar. Avec un passage en Egypte , en Suisse, en Allemagne et en France,  il est finalement, depuis Juin 2014, membre du  Zamalek FC d’Égypte où il a été désigné meilleur joueur étranger en 2015. Finaliste de la coupe d’Afrique des nations en 2013 avec l’équipe nationale de football du BURKINA.

Nous avons interviewé pour vous Mohamed KOFFI , cette pépite qui fait parler d’elle.

Sportif225 : Bonjour à vous.

Mohamed KOFFI :Bonjour à tous !

Sportif225 : La saison dernière, avec le Zamalek, en plus d’avoir remporté le championnat, vous avez été élu meilleur joueur étranger d’Egypte. Quel a été votre parcours professionnel avant d’être hissé à ce niveau?

Mohamed KOFFI : Pour commencer, je tiens à rappeler que depuis tout petit j’aimais le foot, car je suis né d’une famille de footeux. Je suis issu du  Centre de formation de mon père, M. N’ZI KOFFI Bernard. Le Centre s’appelait Jeunes Talents Naissants(JTN). Il est devenu par la suite, l’EFA (L’Ecole de Football d’Attécoubé). Ce centre était en partenariat avec certains centres d’Abidjan tels que le Kathala qui a formé DJAKPA Constant et DJAKARIDJA Koné, mon meilleur ami et Young star dont sont issus TIOTE Cheick et CISSE Sékou.

Sportif225 : Vous avez donc été formé en Côte d’Ivoire ?

Mohamed KOFFI : Oui, je suis né à Abobo-Doumé, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Et après ma formation de base, en 2001, j’ai dû signer avec le Stella Club d’Abidjan. J’y ai évolué pendant 3 années avant de rejoindre Markhiya puis Sailiya au Qatar. Ce n’est qu’en 2006 que j’ai posé mes valises en Egypte, au Petrojet Club. Après 8 années, j’ai dû aller jouer en Europe, plus précisément en Suisse, Allemagne, ainsi qu’en France. J’y ai passé des moments très difficiles. J’ai donc décidé d’aller au Kurdistan pour 4 mois et depuis juin 2014 je suis au Zamālek FC d’Égypte.

Sportif225 : Vous avez opté pour le maillot des Etalons du Burkina-Faso, au détriment de celui de l’Equipe nationale de Côte d’Ivoire. Comment s’est fait ce choix ?

Mohamed KOFFI :  Je suis ivoirien de père et burkinabé de mère. J’ai même joué avec les catégories junior, olympique et espoir de la Côte d’Ivoire. Ce n’est qu’en novembre 2006 que j’ai définitivement opté pour la sélection burkinabè, répondant ainsi à l’appel de ce grand Monsieur, Coach Drissa Traoré, dit Saboter. Lorsque ce dernier m’a fait la proposition, je n’ai pas hésité, car c’était pour moi, une occasion véritable de découvrir et connaître davantage le Burkina-Faso, mon autre pays. J’ai les deux nationalités et je n’ai pas regretté d’avoir opéré un tel choix.

Sportif225 : Vous jouissez d’un palmarès assez florissant. Pouvez-vous nous relater vos plus beaux souvenirs en tant que footballeur?

Mohamed KOFFI : Je vous l’ai dit, je suis dans le football depuis tout petit. Et j’avoue que je me souviens encore, comme s’il s’agissait d’hier, du jour où j’ai reçu mon premier salaire de footballeur professionnel. J’ai jubilé comme un gamin quand le Stella Club m’a remis mon premier salaire.

Sportif225 : Sans vouloir être curieux…

Mohamed KOFFI :…(rires) Je devine que vous voulez savoir le montant de mon premier salaire ? C’était 60.000 Francs cfa. A l’époque, sans vous le cacher, c’était énorme pour moi.

Sportif225 : Et en tant que pro ?

Mohamed KOFFI :Comme beaux souvenirs, il y a aussi lorsque j’ai signé mon premier contrat pro au Qatar.Sans oublier, en 2013, quand j’ai joué la finale de la Coupe d’Afrique des Nations avec les Étalons…En Club, il y a, évidemment, lejour où j’ai été désigné meilleur joueur étranger et remporté le championnat et la coupe, avec le Zamālek FC. De beaux souvenirs, j’en ai plusieurs, ils me permettent d’oublier quelques mauvais moments.

Sportif225 : Quels sont vos projets en cette saison avec le Zamālek et la sélection nationale burkinabè ?

Mohamed KOFFI :Avec le Zamālek, j’aspire encore à remporter le championnat. Nous visons aussi la coupe et la League des champions. Concernant l’équipe nationale du Burkina, puisse DIEU me donne la force d’être toujours performant aux côtés de mes co-équipiers, afin (pourquoi pas) de gagner la coupe avec eux, pour le grand bonheur de nos fans.

Sportif225 : Ils sont nombreux, les jeunes amis de Sportif225 qui désirent embrasser le métier de sportif professionnel et particulièrement de footballeur. Quels conseils pouvez-vous leur donner ?

Mohamed KOFFI :Vous savez, le football a pris de l’ampleur en cette dernière décennie. Et pour être un bon joueur de haut niveau, il faut être son propre policier.(Je m’explique) Le football est une profession qui exige du courage et de la patience, pour espérer vivre un jour le bonheur tant attendu. C’est à chacun de se mettre au travail et consentir les sacrifices qu’il faut. Il en est de même pour le basketball ou le tennis, ces sports que j’affectionne également. Malheureusement, de nos jours,de nombreux jeunes pensent au confort avant le travail.

Sportif225 : Merci vraiment à vous de nous avoir accordé de votre précieux temps.

Mohamed KOFFI : Je vous en prie. J’en ai été honoré. A très bientôt !

Interview réalisée par Annick BONI

This Post Has Been Viewed 1,121 Times

A propos

Sportif 225 est un site d’informations sportives ivoiriennes. Premier des sites mis en ligne par Planète Sports, il diffuse  des informations sur les sportifs ivoiriens d’ici et d’ailleurs via son site et son application mobile disponible sur Android. This Post Has Been Viewed 31 Times

Articles récents

Réseaux sociaux

Nos partenaires

BEDAZINJOB

Tomorrow Mag